Thibault Trancart nous parle de sa RECONVERSION PROFESSIONNELLE

Jan 28, 2022 | Diversité & Inclusion, Vidéo

Thibault Trancart, née le 18 octobre 1991, il réside à Genève en Suisse. C’est dans cette ville que Thibault a mené son combat contre un double rétinoblastome, un cancer de la rétine après neuf années de traitement intensif et pas moins de 85 interventions sous narcose il triomphe sur la maladie en janvier 2006 au prix de sa vue à l’âge de 14 ans. Après avoir suivi un parcours académique classique et obtenu brillamment son diplôme à l’université, il décide de se lancer dans le ski alpin paralympique. C’est en vivant toutes ces expériences qu’elle née son envie de partager avec les gens tous les défis qui ont jalonné sa vie mais aussi l’envie de déstigmatiser la perception du handicap de notre société, d’encourager, de motiver, d’inspirer les gens à se battre pour atteindre leur rêve, leur objectif.

Chez 123 Next Generation nous souhaitons mettre en avant ces talents qui font bouger les lignes. Nous soutenons le parcours exemplaire de Thibaut mais aussi la façon qu’il a brillamment gérer sa réinsertion professionnelle.

Qu’est-ce qui t’as poussé vers le ski pro ?

Ce qui m’a poussé à aller vers le ski pro, c’est une blague avec un ami qui est devenue une idée avec le temps et qui s’est finalement concrétisée.

Quels valeurs retiens-tu de ta carrière ?

Les valeurs principales c’est surtout la résilience, l’adaptation, la communication, la confiance, la discipline et la volonté.

Vers qui tu t’es tourné lors de ta reconversion ?

Je me suis tourné vers un ami qui m’avait aidé à avoir un stage chez Procter & Gamble et qui du coup m’a permis d’aller travailler chez eux.

Comment ton expérience de slalom booste ton activité professionnelle ?

Sur tout l’aspect gestion de projet qu’il y a derrière un projet de ski, ça m’aide énormément aujourd’hui à coordonner les différentes équipes avec lesquelles je travaille.

Définis-toi en trois mots ?

Résilient, visionnaire et passionné.

Quels avantages pour une entreprise à recruter des sportifs ?

Tout ce qui est gestion d’équipes, c’est une petite PME un athlète au final. Il y a la recherche de fonds, la communication et la préparation physique et mentale.

Et ton handicap dans tout ça ?

Mon handicap c’est ce qui m’a permis de faire du ski, de partir étudier à l’étranger et maintenant de travailler dans une boîte. Donc c’est plutôt une très bonne chose.

En conclusion ?

You don’t need sight to have a vision.

Loading...